Pages Navigation Menu

La méditation contre le stress et l’anxiété

La méditation contre le stress et l’anxiété

Certains disent que la méditation de pleine conscience peut tout guérir. Ça pourrait vous rendre plus compatissant. Ça peut réparer votre habitude de procrastination. Il pourrait éloigner les germes et améliorer la santé. De plus, elle peut améliorer votre santé mentale et réduire le stress, l’anxiété, la dépression et la douleur.

De nouvelles recherches suggèrent que pour les personnes anxieuses et stressées, des programmes de méditation de pleine conscience pourraient être bénéfiques après une seule séance.

Comment la méditation réduit-elle l’anxiété au niveau neural ?

La méditation est connue depuis longtemps comme un antidote à l’anxiété. Cependant, les mécanismes cérébraux impliqués dans le soulagement de l’anxiété liée à la méditation étaient inconnus. Pour isoler les mécanismes cérébraux qui sous-tendent la formation à la pleine conscience, les chercheurs de Wake Forest Baptist ont utilisé l’IRM par marquage des spins artériels pulsés pour comparer les effets de la distraction sous forme de « Attending to the Breath » (ATB) avant la formation à la méditation et après la formation en méditation sur l’état anxieux des sujets à tester.

Pour l’étude, les chercheurs ont recruté quinze volontaires en bonne santé ayant un niveau normal d’anxiété quotidienne. Ces personnes n’avaient aucune expérience antérieure de méditation ou de troubles anxieux connus. Toutes les matières ont participé à quatre cours de 20 minutes pour apprendre une technique connue sous le nom de méditation de pleine conscience. Dans cette forme de méditation, les gens apprennent à se concentrer sur la respiration et les sensations corporelles et à évaluer sans porter de jugement les pensées et émotions distrayantes.

L’anxiété était considérablement réduite à chaque séance de méditation. L’imagerie cérébrale a révélé que le soulagement de l’anxiété lié à la méditation était associé à l’activation du cortex cingulaire antérieur, du cortex préfrontal ventromédical et de l’isolant antérieur. Ces zones du cerveau sont impliquées dans la fonction exécutive et le contrôle de l’inquiétude. L’activation liée à la méditation de ces trois régions était directement liée au soulagement de l’anxiété.

L’un des aspects de l’anxiété est la course de pensées qui ne disparaissent pas. La méditation aide à résoudre cette partie du problème en apaisant l’esprit hyperactif. Au lieu d’adhérer à vos pensées craintives, vous pouvez commencer à vous identifier au silence qui existe entre chaque action mentale. Grâce à la pratique régulière, vous faites l’expérience que vous n’êtes pas simplement vos pensées et vos sentiments. Vous pouvez vous en détacher pour vous reposer dans votre propre être. Cela implique de rester centré, et si une pensée ou un déclencheur extérieur vous tire hors de votre centre, votre pratique de méditation vous permet d’y retourner à nouveau.

La méditation, une prévention contre le stress

La méditation, une prévention contre le stressLa méditation de la pleine conscience est aussi une bonne pratique de base pour la prévention du stress de sorte que lorsque des situations défavorables se produisent, nous ne les laissons pas prendre le contrôle.

Nous vivons tous des situations stressantes dans la vie, comme la perte d’un être cher, un divorce ou un déménagement, qui sont toutes considérées comme des événements très stressants. Toute situation de ce genre exige beaucoup de nous, il serait donc sage d’apprendre quelques façons élémentaires de réagir à des situations stressantes qui ne peuvent être évitées. À ces moments cruciaux de notre vie, la méditation peut aider à nous soulager. Comment ? En nous donnant une meilleure compréhension de la façon de travailler avec les situations, une conscience accrue de nos émotions et plus d’espace pour répondre. Par exemple, lorsque nous pleurons quelqu’un, plus nous sommes conscients de tout ce qui se passe dans notre esprit, mieux nous sommes capables de gérer notre tristesse et notre chagrin. Lorsque nous n’en sommes pas conscients, nos émotions ont tendance à colorier notre perception et notre jugement et à gonfler notre perception de ce que la situation exige de nous, de sorte qu’elle est perçue comme étant au-delà de ce que nous pensons pouvoir fournir. C’est le cycle insidieux du stress.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *