Pages Navigation Menu

Comment guérir de ses phobies

Comment guérir de ses phobies

Le diagnostic de phobies spécifiques est basé sur un entretien clinique approfondi et sur des directives de diagnostic. Votre médecin vous posera des questions sur vos symptômes et prendra connaissance de vos antécédents médicaux, psychiatriques et sociaux.

Le traitement adéquat

Le meilleur traitement pour des phobies spécifiques est une forme de psychothérapie appelée thérapie d’exposition. Parfois, votre médecin peut vous recommander d’autres thérapies ou médicaments. Comprendre la cause d’une phobie est en fait moins important que de se concentrer sur la façon de traiter le comportement d’évitement qui s’est développé avec le temps.

Le but du traitement est d’améliorer votre qualité de vie afin que vous ne soyez plus limité par vos phobies. Au fur et à mesure que vous apprendrez à mieux gérer vos réactions, vos pensées et vos sentiments, vous constaterez que votre anxiété et votre peur sont réduites et que vous n’avez plus le contrôle de votre vie. Le traitement vise habituellement une phobie particulière à la fois.

L’importance de psychothérapie

L’importance de psychothérapieParler à un professionnel de la santé mentale peut vous aider à gérer votre phobie spécifique. La thérapie d’exposition et la thérapie cognitivo-comportementale sont les traitements les plus efficaces.

La thérapie d’exposition vise à modifier votre réponse à l’objet ou à la situation que vous craignez. Une exposition graduelle et répétée à la source de votre phobie spécifique et aux pensées, sentiments et sensations connexes, peut vous aider à apprendre à gérer votre anxiété. Par exemple, si vous avez peur des ascenseurs, votre thérapie peut passer de la simple pensée d’entrer dans un ascenseur, à regarder des photos d’ascenseurs, à vous approcher d’un ascenseur, à monter dans un ascenseur. Ensuite, vous pouvez faire un tour d’un étage, puis plusieurs étages, puis monter dans un ascenseur bondé.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) implique une exposition combinée à d’autres techniques pour apprendre à voir et à faire face différemment à l’objet ou à la situation redoutée. Vous apprenez des croyances alternatives sur vos peurs et vos sensations corporelles et sur l’impact qu’elles ont eu sur votre vie. La TCC met l’accent sur l’apprentissage pour développer un sentiment de maîtrise et de confiance avec vos pensées et vos sentiments plutôt que de se sentir submergé par eux.

Mode de vie et remèdes maison

Demandez à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé de vous suggérer un mode de vie et d’autres stratégies pour vous aider à gérer l’anxiété qui accompagne certaines phobies. Par exemple, les stratégies de pleine conscience peuvent être utiles pour apprendre à tolérer l’anxiété et à réduire les comportements d’évitement.

Les techniques de relaxation, comme la respiration profonde, la relaxation musculaire progressive ou le yoga, peuvent aider à composer avec l’anxiété et le stress. Par ailleurs, l’activité physique et l’exercice peuvent être utiles pour gérer l’anxiété associée à certaines phobies.

Essayez de ne pas éviter les situations redoutées

Entraînez-vous à rester aussi souvent que possible près des situations que vous craignez, plutôt que de les éviter complètement. Votre famille, vos amis et votre thérapeute peuvent vous aider à y travailler. Pratiquez les techniques que vous apprenez en thérapie et travaillez avec votre thérapeute pour élaborer un plan si les symptômes s’aggravent.

Envisagez de vous joindre à un groupe d’entraide ou de soutien où vous pourrez communiquer avec d’autres personnes qui comprennent ce que vous vivez.

Aider votre enfant à faire face à ses peurs

En tant que parent, vous pouvez faire beaucoup pour aider votre enfant à surmonter ses peurs. Il s’agira par exemple de parler ouvertement de vos peurs. Dites lui que tout le monde a parfois des pensées et des sentiments effrayants, mais que certains en ont plus que d’autres. Ne banalisez pas le problème et ne le rabaissez pas parce qu’il a peur. Parlez plutôt à votre enfant de ses pensées et de ses sentiments et dites-lui que vous êtes là pour l’écouter et l’aider.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *