Pages Navigation Menu

Aider mon conjoint à affronter ses phobies

Aider mon conjoint à affronter ses phobies

La plupart des gens n’aiment pas les serpents. Beaucoup n’aiment pas non plus les insectes, ou les chauves-souris, les rats, ou tout ce qui tombe dans la catégorie « flippant, rampant, moelleux, gluant. Certaines personnes craignent les tempêtes, refusent d’utiliser les ascenseurs ou paniquent dans les avions. D’autres encore ont le sang glacé à l’idée de prononcer un discours, d’utiliser les toilettes publiques ou de subir une intervention qui pourrait entraîner la vue du sang.

Si votre partenaire a une phobie, l’aversion pour ce qui l’entoure va bien au-delà d’une simple réaction de stupéfaction. Par définition, les phobies sont des peurs irrationnelles face à quelque chose qui ne pose pas de danger. Les personnes qui ont des phobies savent généralement que leur réaction est exagérée, mais elles se sentent impuissantes à essayer de changer leurs pensées. Beaucoup ne connaissent même pas l’origine de leur phobie, bien que de nombreuses phobies se développent autour d’une expérience traumatisante comme avoir peur des chiens après avoir été mordu pendant l’enfance.

Le fait d’être témoin d’une réaction négative de votre partenaire face à un déclencheur de phobie peut être effrayant. Le fait d’avoir à changer vos plans pour tenir compte des phobies de votre partenaire peut devenir ennuyeux, comme conduire sur de longues distances parce que votre partenaire ne veut pas prendre l’avion, ou ne pas pouvoir vivre dans l’appartement de vos rêves parce qu’il refuse d’utiliser un ascenseur. Que pouvez-vous faire pour aider votre partenaire à composer avec ses phobies ?

La première réaction à adopter

La première réaction à adopterSupposons que vous faites une promenade avec votre partenaire, qui a peur des chiens, et que soudain, un chien sans laisse s’approche de vous. Le propriétaire n’est nulle part en vue, et votre partenaire panique. Il peut geler, courir, crier, commencer à transpirer abondamment ou avoir des étourdissements, pour ne nommer que quelques symptômes.

D’abord, restez calme et demandez à votre partenaire s’il a besoin de votre aide. S’il a cette phobie depuis de nombreuses années, il se peut qu’il ait des moyens de se débrouiller seul et qu’il n’ait pas besoin de votre aide. Si tel est le cas, écartez-vous, mais gardez un œil sur lui jusqu’à ce que la situation se décante.

Si votre partenaire a besoin de votre aide, utilisez votre corps pour faire interférence entre lui et l’objet craint. Dans ce cas, mettez-vous entre lui et le chien (si vous pouvez le faire en toute sécurité). S’il a peur des insectes, c’est à lui de s’en occuper. Prenez soin de tout ce qui doit être fait dans la situation tout en laissant à votre partenaire l’espace nécessaire pour se calmer. Cela peut signifier attraper le chien et trouver son maître, nettoyer les restes de la gâchette ou tout ce qui peut rétablir la situation à la normale.

Lorsque votre partenaire est plus calme, demandez-lui s’il y a autre chose que vous pouvez faire pour l’aider. Si oui, faites-le. Si ce n’est pas le cas, une petite validation pourrait l’aider à se sentir mieux.

Le traitement des phobies

Les phobies sont un type d’anxiété, l’un des troubles psychiatriques les plus traitables. Les phobies peuvent être traitées assez rapidement grâce à une thérapie cognitivo-comportementale dispensée par un thérapeute qualifié. Votre partenaire et le thérapeute élaboreront un plan d’exposition spécifique pour l’aider à se désensibiliser au déclencheur et à développer ses capacités d’adaptation au moment où il se déclenche.

Obtenir de votre partenaire qu’il accepte le traitement peut être difficile, cependant. Après tout, est-ce vraiment amusant d’être exposé à quelque chose dont on a peur à mort, en présence d’un étranger ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *