Pages Navigation Menu

Le manque de confiance en soi est-il un trouble psychologique ?

Le manque de confiance en soi est-il un trouble psychologique ?

La timidité excessive, voire maladive, est une des manifestations patentes, évidentes du manque de confiance en soi. Quelles en sont les autres signes ? Que faire pour résoudre ce problème ?

Les manifestations du manque de confiance en soi ?

Le manque de confiance en soi se distingue par un complexe d’infériorité, une tendance à se dévaloriser. Le sujet doute de ses propres capacités à réussir dans la vie sociale, la vie professionnelle, la vie tout court. Il hésite à entreprendre de nouvelles choses par peur constante de l’échec. Le tout s’accompagne d’une conduite compulsatoire à vouloir se comparer aux autres. Le problème c’est que cela va toujours dans le sens de se diminuer soi-même par rapport à n’importe qui. Son estime de soi est au plus faible. Ce qui fait que, même si ce n’est pas la sainte Serge, il se pose à longueur d’année la question existentielle : à quoi sers-je ? Invariablement la réponse est: à rien. Et c’est la porte ouverte à la dépression nerveuse. Comme tout se passe dans la tête, il n’est pas faux de dire que c’est un problème psychologique.

Que faire pour résoudre le problème ?

La meilleure prise en charge proposée est la psychothérapie. Pour qu’elle soit couronnée de succès, il faut d’abord qu’un climat de confiance s’instaure entre le psychothérapeute et le patient. Cela va permettre au grand timide de s’ouvrir sans restriction. En effet les racines du mal peuvent plonger très loin dans la petite enfance. Des brimades répétées subies dans l’enfance peuvent faire en sorte que, devenu adulte, il finit par croire en sa nullité et se convaincre que rien de ce qu’il fait ne va aboutir à un résultat positif. Il est à noter que les mots peuvent être plus dévastateurs que les coups. Le psychothérapeute doit savoir puiser dans le fond du cœur du patient afin de trouver la thérapie la plus adéquate. En fait il n’y a pas de thérapie standard. Le traitement doit être adapté au cas par cas. L’objectif à atteindre étant cependant le même : rehausser l’estime de soi, restaurer la confiance en soi morcelé. Avec la remarque que, en cas de dépression nerveuse associée, une prise en charge médicamenteuse peut être envisagée concomitamment.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *