Pages Navigation Menu

Suivre une thérapie pour être plus serein

Suivre une thérapie pour être plus serein

Les pensées anxieuses peuvent vous submerger, ce qui rend difficile la prise de décisions et la prise de mesures pour régler tout problème qui vous préoccupe. L’anxiété peut également mener au surmenage, ce qui vous rend plus anxieux. Comment sortir de ce cercle vicieux ? Réprimer les pensées anxieuses ne fonctionnera pas ; elles réapparaissent, parfois avec plus d’intensité. Voici quelques stratégies pour vous aider à vous décoincer et à aller de l’avant.

Tentative de distanciation cognitive

Essayez de voir vos pensées anxieuses comme des suppositions et non comme des faits. Votre esprit essaie de vous protéger en prédisant ce qui pourrait arriver, mais ce n’est pas parce que quelque chose pourrait arriver que cela arrivera inéluctablement. Examinez les preuves objectives : Quelle est la probabilité que le résultat négatif se produise ? Y a-t-il quelque chose de bien qui pourrait arriver à la place ? D’après votre expérience passée et d’autres renseignements que vous possédez sur la situation, qu’est-ce qui est le plus susceptible de se produire, selon vous ?

Essayez la dé-fusion cognitive

Arrêtez d’être fusionné avec vos pensées. Considérez vos pensées comme des données en mouvement qui vous traversent l’esprit, plutôt que comme la vérité objective d’une situation. Nos cerveaux sont hypersensibles aux menaces et aux dangers parce que cela a maintenu nos ancêtres en vie dans la nature. Certaines de vos pensées peuvent n’être que des réactions automatiques conditionnées générées par un cerveau qui est orienté vers la survie. Choisissez de croire ou non ces pensées, plutôt que de simplement les accepter.

Procédez par des étiquettes

Procédez par des étiquettesÉtiquetez le type de pensée que vous avez, plutôt que de prêter attention à son contenu. Surveillez vos pensées et lorsque vous remarquez un jugement (p. ex. à quel point la situation est bonne ou mauvaise), n’hésitez pas à l’étiqueter comme jugement. Si vous remarquez une inquiétude (par exemple, que vous allez échouer ou que vous allez subir une perte), identifiez-la comme inquiétante. Si vous vous critiquez vous-même, étiquetez-le comme « critiquant ». Cela vous éloigne du contenu littéral de vos pensées et vous donne plus de conscience de vos processus mentaux. Voulez-vous passer votre temps à vous juger et à vous inquiéter ? Y a-t-il des façons moins critiques ou moins inquiètes de voir la situation ?

Restez dans le présent

Votre esprit régurgite le passé ? Ce n’est pas parce que quelque chose de négatif s’est produit dans le passé que cela doit se produire aujourd’hui. Demandez-vous si les circonstances, ou vos connaissances et vos capacités d’adaptation, ont changé depuis la dernière fois. En tant qu’adulte, vous avez plus de choix quant à la personne avec qui vous associer et plus de capacité à identifier, anticiper ou quitter une mauvaise situation que lorsque vous étiez enfant ou adolescent.

Élargissez votre vision

Vous concentrez-vous trop étroitement sur les aspects menaçants d’une situation, plutôt que de voir l’ensemble du tableau ? L’anxiété fait que nos esprits se contractent et se concentrent sur la menace immédiate sans tenir compte du contexte plus large. Cette situation est-elle vraiment aussi importante que votre anxiété le dit ? Est-ce que ce problème vous préoccupera encore dans 5 ou 10 ans ? Si ce n’est pas le cas, alors calmez-vous.

Décidez si une pensée est utile

Même si une pensée est vraie, cela ne veut pas dire qu’il est utile de s’y concentrer, pas tout le temps. Si seulement une personne sur dix obtient l’emploi que vous recherchez et que vous continuez à penser à ces chances, vous pourriez devenir démotivé et ne même pas vous donner la peine de postuler. C’est un exemple d’une pensée qui est vraie mais qui n’est pas utile. Concentrez votre attention sur ce qui est utile et débarrassez-vous du reste.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *