Pages Navigation Menu

Le choc anaphylactique : une allergie qui peut être mortelle

Le choc anaphylactique : une allergie qui peut être mortelle

Chez certains sujets, l’introduction dans l’organisme de substances étrangères allergisantes, peut provoquer la libération massive d’une substance préformée, nocive, responsable d’une véritable catastrophe rapide pour l’organisme. Cette libération entraîne la baisse brutale de la tension artérielle, une accélération massive du cœur, souvent associées à des signes cutanés (démangeaisons qui se généralisent, urticaire géant, bouffissure du visage). S’y associent des troubles respiratoires (éternuements, tendance asphyxique rappelant une crise d’asthme) et des manifestations digestives (nausées, vomissements, troubles de la déglutition, diarrhées).

La mort peut survenir par arrêt circulatoire qui désamorce la pompe cardiaque, ou par un spasme majeur au niveau des bronches, entraînant un état asphyxique, ou encore par œdème pulmonaire. Ce choc anaphylactique grave se caractérise par la soudaineté et la rapidité de son déclenchement, et des symptômes très abondants et très visibles qui traduisent manifestement la gravité de la situation. Cette situation gravissime est pourtant parfaitement réversible sous l’effet d’un traitement adéquat.

Il convient, donc, d’appeler au plus vite un médecin, capable de mettre en œuvre les mesures urgentes nécessaires:

  • arrêter l’administration de l’agent présumé responsable,
  • libérer les voies aériennes et procéder à une respiration artificielle enrichie en oxygène pur, au masque, avec intubation (introduction d’un tube dans le larynx) si nécessaire,
  • surélévation des jambes,
  • administration intraveineuse d’Adrénaline.

Il est souvent nécessaire de poser une perfusion et d’utiliser des corticoïdes. Si cette thérapeutique est mise en œuvre rapidement, ce choc anaphylactique cède rapidement également sans séquelle. Tout sujet allergique doit faire l’effort de connaître ses allergies. Les cas les plus fréquents de chocs anaphylactiques se voient lors de piqûres type abeilles, guêpes ou frelons.
Les sujets allergiques aux piqûres de ce type devraient, en permanence, disposer d’Adrénaline à prendre immédiatement après la piqûre. Il existe, d’ailleurs, un  » kit  » à usage unique (Anapen) portable, que le sujet allergique doit porter à sa ceinture, vendu en officine.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *