Pages Navigation Menu

Émotions : sources de maladies et vice versa

Émotions : sources de maladies et vice versa

Souvent méconnu du grand public, le corps et l’esprit seraient interconnectés. Certaines émotions, si ce n’est toutes, pourraient en effet provoquer des conséquences indésirables sur notre bien-être. Inversement, l’état du corps physique peut contrôler nos émotions. Des études ont été menées dans l’optique d’élucider cette éventuelle relation et réactions réciproques entre le corps et le mental.

Le cœur : berceau de l’émotion et principal moteur du corps humain

Il arrive parfois que l’annonce d’une nouvelle, bonne ou mauvaise, provoque l’évanouissement voire même l’arrêt cardiaque. Si par exemple, on vient d’apprendre la mort d’un proche, un(e) membre de la famille, un(e) ami(e), un(e) voisin(e) ou même une connaissance suite à un accident, le choc émotionnel arrive en premier, agit dans notre conscience et provoque l’arrêt du cœur. De même, une crise cardiaque peut être précédée d’une forte émotion positive telle que la réussite à un examen.

Les ressentis agissent sur les organes et les membres de notre corps

Parfois on a du mal à expliquer l’origine des maladies et leurs symptômes. Dans ce cas, on peut se référer à nos émotions. Emotions et maladies sont reliées. Notamment :

• la diarrhée est liée à la panique,

• les douleurs lombaires à la peur de l’avenir,

• la rancune à la crise du foie,

• les douleurs d’épaules au conflit avec l’autorité ou à la peur de tout prendre sur soi,

• les problèmes de genoux au refus de plier, de céder, d’obéir ou de se soumettre,

• les maux de gorge ou angine à la quelque chose qu’on n’a pas osé dire ou qu’on a ravalé,

• les douleurs cervicales et une raideur à la nuque liées à l’inflexibilité,

• les otites ou des douleurs d’oreilles au refus d’écouter quelque chose,

• la palpitation cardiaque à l’inquiétude, etc.

Cas de la glande thyroïde : La maladie de la glande thyroïde pourrait avoir une cause émotionnelle

Certains traits de caractères font que l’on n’arrive pas à exprimer quelque chose qu’on aurait cependant voulu dire. Cela entrainerait le ressenti d’une profonde tristesse et une maladie de la glande thyroïde. Mais, l’hyperthyroïdie serait aussi favorisée par la sensation de croire que tout doit être fait dans l’urgence, par le sentiment d’être dépassé par les évènements ou par une soif de vengeance, comme un besoin de prouver qu’on est à la hauteur. Et l’hypothyroïdie, par le sentiment que personne ne nous comprend, une sensation fréquente chez les ados. Elle est aussi renforcée par une rancune tenace, nourrie pendant des années ou encore par un abandon de la vie, par un profond découragement qu’on en vient au moment de se demander à quoi bon ? Pour finir, l’hypothyroïdie se développerait par le désir de fuir les réalités, de se mettre en retrait face à certaines situations qui seraient trop dur à affronter.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *