Pages Navigation Menu

Pourquoi faut-il absolument faire une échographie foetale ?

Pourquoi faut-il absolument faire une échographie foetale ?

L’échographie foetale est un examen de choix dans le suivi de la grossesse, tout d’abord par son innocuité.  Répétée dans le temps, elle permet de suivre le développement et le comportement du foetus.  Aucune échographie n’est obligatoire pour une femme enceinte. Elles sont simplement conseillées à trois stades correspondant aux trois trimestres:1 2ème semaine d’amenorrhées (à 2 mois un tiers), 22ème (4 mois et demi) et entre la 32ème et la 34ème (à 7 mois, 7 mois et demi). Pour chaque échographie, il y a un  » canevas commun  » : mesurer et décrire le foetus, décrire les annexes foetales (placenta, liquide amniotique).

Au premier trimestre, l’échographiste s’attache au caractère unique ou multiple de la grossesse, à la vitalité de l’embryon (il existe des fausses couches asymptomatiques à 12 sem.). La date la grossesse à quatre jours près en mesurant la longueur cranio-caudale (Tête-Fesses) et le bi-pariétale (diamètre de la tête). D’après les courbes de croissance, à 12 sem. un embryon mesure 62 mm et à 13 sem., 76 mm. A ce stade, l’échographie contribue au diagnostic précoce des embryopathies graves ( anencéphalie, anomalies des membres..) ou des anomalies chromosomiques (trisomie 21, syndrome de Turner…) en mesurant la clarté nucale. Observée en arrière de la nuque de l’embryon, l’épaisseur de cette clarté est proportionnelle au risque. Deux trisomies 21 sur 3 sont dépistées grâce à ce marqueur.

A la 22ème semaine, l’échographiste s’intéresse à la croissance du foetus: le diamètre de la tête , le diamètre abdominal transverse (poids), la longueur du fémur (taille). Ainsi, il peut dépister les troubles précoces de la croissance. Ensuite, il étudie le fœtus, appareil par appareil, au niveau fonctionnel et morphologique (position, dimension et echostructure). C’est un excellent moyen de dépister les anomalies d’organes. Enfin, l’examen se termine par l’étude du placenta (position, echostructure), liquide amniotique (quantité).

Au troisième trimestre, on vérifie la croissance foetale et l’absence d’anomalies. L’examen morphologique est répété. Enfin, l’échographiste observe la présentation du foetus (tête ou siège), les annexes foetales: position du placenta (gêne-t-il ou pas l’accouchement?), liquide amniotique (quantité)

Outre ces 3 échographies conseillées, une surveillance particulière est préconisée en cas de pathologie maternelle (HTA, infection…), ou s’il y a un problème pour le foetus (hauteur utérine trop faible…).

Echographie foetale : techniques

L’appareil dispose de deux sondes: une endovaginale et une sus-pubienne. Un gel est appliqué pour permettre la conduction des ultra-sons . La sonde émet un ultrason à une fréquence donnée en partie absorbée par les éléments et en partie réfléchi.
L’étude de la réflexion permet l’obtention d’une image.
Quelques légendes :

  • Liquides simples: pas d’échos : couleur noire
  • Liquides avec particules (sang…): petits échos, couleur grise
  • Structures solides: os par exemple, image plutôt blanche
  • Tissus mous: plus ou moins échogènes, gris à blanc

L’examen lui-même

L’examen dure en moyenne entre 20 et 30 mn, mais peut atteindre une heure.
Il n’y a pas de préparation particulière pour cet examen.
Eviter les vessies pleines, car aujourd’hui les appareils sont plus performants.
Eviter de passer des crèmes sur l’abdomen, notamment des crèmes antivergetures dans les 8 jours qui précèdent l’examen.
Examen fastidieux, attention si on veut amener des enfants, certains échographistes refusent de les accepter.
Prévenir que l’échographie n’est pas  » une assurance tout risque  » pour dépister les anomalies.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *