Pages Navigation Menu

Qui peuvent bénéficier des soins palliatifs ?

Qui peuvent bénéficier des soins palliatifs ?

Les soins palliatifs sont des soins délivrés à une personne atteinte d’une maladie grave en phase terminale. Ces soins ont donc pour objectif d’alléger les souffrances psychologique et physique du malade, et de préserver une certaine qualité de vie jusqu’au décès du patient. Dans le cadre des soins palliatifs, la mort est considérée comme un processus naturel. Les personnes majoritairement concernées sont :

Les agonisants

Toute personne en fin de vie, considérée comme vivante jusqu’aux derniers instants et dont la souffrance est intolérable et réfractaire aux traitements, peut demander une sédation profonde et continue jusqu’au décès. Les soins palliatifs sont particulièrement adaptés aux personnes en fin de vie pour réduire les angoisses, l’inconfort et la souffrance. Les soins palliatifs vont même au-delà d’un simple « réconfort » : ils sont la combinaison de multiples facettes de soins, tenant compte de la souffrance globale du patient. Les soins palliatifs comprennent également un accompagnement, un soutien relationnel et social de la personne proche de l’agonie par toutes les personnes qui interviennent auprès d’elle, dont les proches. Il est bon de souligner que tout le monde peut bénéficier des meilleurs soins palliatifs à Colfontaine, même à domicile.

Les personnes souffrant d’une maladie grave ou incurable

Les personnes atteintes de maladies potentiellement mortelles notamment une affection neurologique dégénérative, une défaillance d’un organe et sa fragilisation, ou un cancer en phase terminale peuvent bénéficier de soins palliatifs. En cas de maladies graves comme les rechutes, la généralisation d’un cancer, l’épuisement général de la personne, les soins palliatifs sont administrés en compléments si les soins et les thérapies curatifs n’améliorent pas l’état du malade. Déterminer si un patient relève ou non des soins palliatifs fait suite à une décision faisant intervenir le patient, la famille du patient, le corps médical et les professionnels paramédicaux. Les personnes dont la maladie grave et évolutive (accident vasculaire cérébral, cardiomyopathie obstructive, bronchopathie chronique obstructive…) et dont les soins curatifs peuvent toujours être en cours doivent bénéficier des soins palliatifs. On préfère alors parler de soins continus.

Les victimes d’un accident avec des lésions irréversibles

Les personnes victimes de la maladie d’Alzheimer, qui est une maladie dégénérative du cerveau et qui entraine une perte d’autonomie importante, souhaitent volontairement procéder aux soins palliatifs. De nos jours, la maladie d’Alzheimer ne bénéficie pas de traitements curatifs, seule la stimulation intellectuelle peut en ralentir la progression. L’espérance de vie des patients atteints de la maladie d’Alzheimer est en moyenne de 8 ans après le début des symptômes, sans aucun espoir d’amélioration.

Un long coma ou un état végétatif causé par un accident quelconque peut également pousser les médecins et la famille du malade à choisir les soins palliatifs et à retirer les médicaments pour qu’il décède naturellement.

Les statistiques prouvent que 85 à 90 % des personnes en soins palliatifs sont conscientes d’être en fin de vie. Elles souffrent alors, entre autres, de l’absence de discours sur leur mort imminente. Dans une unité de soins palliatifs, les patients ne sont pas abandonnés avec leur histoire, ils sont accompagnés, de jour comme de nuit, par toute l’équipe des soignants.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *